Materne, une histoire plus que centenaire


1888 Edouard Materne crée la société Materne à Wépion, dans la région namuroise en Belgique. L’entreprise se spécialise dans la culture et le commerce des fruits. C’est d’ailleurs en bonne partie à Materne que l’on doit la fameuse fraise de Wépion.

1928 Albert Heymans ouvre la société Confilux suite au rachat d’une usine de  pâtes de pommes installée à Lustin s/Meuse, également dans le namurois.     

1896 Pour répondre à la hausse de la demande, Edouard Materne inaugure une nouvelle usine à Jambes. Le champ d’action de la société commence à dépasser la région namuroise. Cette expansion permet à Materne de se lancer également dans la fabrication de pâtes de pommes, puis de conserves de fruits « au naturel ».


1938 Une famille belge sur trois qui achète de la confiture, mange un produit Materne. A la même époque, Materne commence son expansion internationale avec l’ouverture d’une première succursale dans le nord de la France. De son côté, Confilux établit une deuxième usine à Saint-Trond, la région fruitière la plus importante de Belgique.

1960 Les « golden sixties » voient la naissance et l’essor du supermarché. Confilux profite de cette mutation profonde dans la vie des consommateurs pour augmenter son volume de ventes. En revanche, Materne refuse de travailler avec la grande distribution et connaît un dangereux déclin.

1967 WR GRACE, important groupe américain, rachète les établissements Materne. Faute de vision d’ensemble, l’opération se solde par un échec malgré un investissement significatif de quelque deux cents millions de francs belges (environ cinq millions d’euros).

1970 WR GRACE met également la main sur Confilux, devenue pour lui un redoutable concurrent. Ici également, la gestion défaillante entraîne une chute du chiffre d’affaires et une baisse de qualité des produits. Les consommateurs se détournent de ces deux marques.

1976 Nouveau tournant dans la vie de l’entreprise : WR GRACE décide de revendre Materne Confilux à la multinationale britannique BROOKE BOND LIEBIG. Le personnel de l’entreprise s’oppose cependant à ce rachat, lutte pour conserver son indépendance et remporte la bataille. Materne Belgique et Materne France deviennent deux entités indépendantes, chacune continuant d’évoluer séparément sous la bannière « Materne ».